Il était une fois une déesse. Elle se nommait Elve. Et elle fonda ce royaume qui sombra dans une guerre éternelle...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 course et chat

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: course et chat   Mer 15 Mai - 13:50

L'aube venait à peine de pointer, quand je fus réveillée par un bruit que je ne connaissas que trop bien. La Blanche miaulait d'un air impatient. Je la connaissais assez pour savoir qu'elle voulait courir avec moi, s'amuser, comme d'habitude.


    -Attends deux secondes, et je suis à toi, fis-je en avalant rapidement ce qui s'apparenterait plus à une minuscule collation plutôt qu'à un petit déjeuner.


Puis je partis en courant à sa suite. Elle me mena à une vitesse étonnante pour un chat aussi jeune qu'elle à travers toute la terre d'Hyol, et s'arrêta enfin au pied des montagnes. Mais cela ne semblait être qu'une petite pause dans sa course. Le temps que j'observe le ciel pour voir quelle heure il était et d'en déduire que la moitié du jour s'était à peine écoulée (ce qui ne me prit pas plus d'une minute), et je dus encore lui courir après. Je finis par réussir à l'attraper, et j'en profitai pour la stopper et la garder dans mes bras. Je m'assis sur un rocher non loin et la posai sur mes genoux. Celle que j'appelais souvent affectueusement l'idiote ou le bolide m'avait fait grimper une pente presque à la verticale à fond de train. J'avais bien besoin de repos.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: course et chat   Mer 15 Mai - 14:48

Yuna s'entrainait avec sa magie en haut d'une colline.
Jouant avec une boule de feu qu'elle faisait jongler entre sa main gauche et sa main droite quand elle entendit des bruits de courses sur sa droite. Elle tourna la tête et vit une jeune fille courir sur le sentier.
La boule de feu s’arrêta dans sa main droite et disparut quand elle ferma le poing.Elle suivi la fille courant sur le sentier à travers le bosquet. Sa curiosité voyait qu'elle courait après qu'elle que chose mais quoi.
Caché dans les arbres elle vit la jeune femme posé sur un rocher avec un chat sur les genoux.
Elle descendit en silence et s'approcha de la jeune fille.

-Qu'elle est mignonne!

Alors que Yuna s’apprêta à tendre la main pour caresser la chatte elle se jeta dans ses bras et se mit à ronronner.

-Pardon,je ne voulais pas. Une sorcière est très proche des animaux et le chat est mon animal fétiche. Je pense que ça se voit vu la forme de mes pupilles.
Je m'appelle Yuna. Enchanté.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: course et chat   Mer 15 Mai - 18:47

Tôt le matin, avant même que l'aurore ne pointe le bout de son nez, Fïnùl Forgetonnerre se tenait prêt à continuer son périple à travers le monde. Son sac de voyage était prêt à craquer, contenant à l'intérieur la nourriture et les outils indispensables à un voyageur tel que lui. Ainsi, l'on pouvait voir qu'une pelle s'échappait du sac et que deux lanternes éteintes pendaient dessus, maintenue par le manche de la pelle par deux petits crochets.
La lourde armure du nain cliquetait, camouflée par une cape à capuchon violette. Le nain préférait la discrétion que de se montrer en apparat guerrier, c'est pourquoi sa masse était soigneusement dissimulée sur son dos, derrière la cape, en espérant que des yeux observateurs ne parviendraient pas à la voir. Seul ses gantelets étaient visibles, ses jambières étant camouflés par un ample pantalon noir.
Pour les mêmes raisons que Fïnùl Forgetonnerre s'était paré d'une cape, il avait décidé de partir avant que le soleil ne se lève, à l'abri des regards indiscrets. Ce n'était qu'une mesure de sécurité supplémentaire mais nécessaire aux yeux du nain.
Il commença sa journée par traverser le sud des terres d'Hyol, se frayant un chemin à travers les broussailles épaisses et les pierres. Il était difficile de se frayer un trajet dans une végétation épaisse, surtout en montagne, ce qui m'était Fïnùl Forgetonnerre à rude épreuve. Mais il en avait vu des biens pires et les montagnes étaient pour le nain un milieu familier et revigorant, lui rappelant sans cesse sa jeunesse dans la cité naine.
Quand le soleil annonça neuf heures, le nain s'arrêta pour boire une gorgée de bière et dévorer avec appétit un morceau de fromage, repas de l'aventurier nain! Il était alors dans les hauteurs des montagnes, pouvant observer la vaste étendue de la plaine, plus bas, qui faisait l'une des parties les plus dangereuses de cette contrée. Fïnùl Forgetonnerre n'ignorait pas que allumer un feu sur la plaine signifiait une arrivée directe des brigands et d'autres malfaiteurs car tout être était capable de voir à plusieurs kilomètres au loin sur ses lieux grâce à l'absence d'arbres. Le nain savait qu'il devrait faire extrêmement attention. Bien qu'expérimenté, il connaissait les risques et l'erreur est toujours proche.
Fïnùl Forgetonnerre parcourait de son regard l'horizon quand soudain il aperçut en contre-bas, sur une colline, deux personnes semblant discuter. C'était tout à fait inhabituel de voir cette situation dans un tel endroit, le village le plus proche n'étant pas avant plusieurs dizaines de kilomètres! Aussi-tôt, Fïnùl Forgetonnerre se replia, cherchant à trouver un chemin praticable qui lui permettrait de voir bien mieux les deux formes. Descendant à grande enjambé, le nain se faufila dans les broussailles, se tenant assez loin pour seulement observer les deux inconnues: Il identifia deux femmes, visiblement en train de parler. Une petite chose poilue, que Fïnùl Forgetonnerre ne parvenait pas à identifier, se tenait à côté d'une d'entre elles. Elles semblaient calmes et n'avait pas pour le moment détecter la présence du nain. Il observa plus en détail les deux femmes, à la recherche d'armes sans visiblement en trouver. Ce n'était pas pour autant qu'elles n'étaient pas armées.
Fïnùl Forgetonnerre sortit de sa cachette, s'approchant sans se presser et tenant de sa main droite, caché, sa masse, prêt à dégainer. Fïnùl Forgetonnerre s'arrêta à une dizaine de mètres des deux personnes.


"Que font deux femmes dans un tel endroit?"
Dit le nain de sa voix rauque et ferme. "Il est encore bien tôt pour une petite balade dans les montagnes... Même mes ancêtres ne faisaient pas cela."

Le regard du nain se portait tour à tour sur les deux femmes. Fixe comme une statue de pierre, son regard ne laissait transparaître aucune agressivité, juste des yeux perçants qui observaient et attendaient plus qu'il ne critiquait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: course et chat   Jeu 16 Mai - 16:45


Peu après avoir réussi à stopper La Blanche, je vis arriver une jeune femme, qui s'approcha. La Blanche, comme à son habitude, sauta dans ses bras, avant que je n'aie le temps de faire quoi que ce soit. Mais l'insonnue ne semblait pas hostile. Elle me le prouva d'ailleurs en se présentant comme une amoureuse des chats, comme moi.

    -Il n'y a aucun problème. Elle est très sociable, et fait souvent confiance au premier venu.


J'allais me présenter à mon tour, quand La Blanche sauta des bras de la femme pour courir dans une direction bien précise. Je lui courus de nouveau après, mais, cette fois, je réussis à l'attraper. Je la pris dans mes bras et la caressai un instant, pour l'aider à se remettre de sa surprise. J'étais agenouillée, le chaton dans les bras, le regard fixé sur le félin. J'étais tellement concentrée sur La Blanche, que je n'entendis rien de ce qui se passait autour de moi. C'est pourquoi, quand je relevai la tête, je fus étonnée de d&écouvrir un homme, non loin de moi. Sa question me prit de cours. Je ne sus que répondre. Enfin, plutôt, je ne savais pas si je pouvais faire confiance au nouveau venu. Contrairement à ce qui se passait pour la femme, je ne me sentais pas très à mon aise, en sa présence. Et La Blanche qui se débattait dans mes bras, signifiant de nouveau son envie d'aller jouer avec l'inconnu.

    -Pas question ! fis-je. Si tu veux pouvoir t'approcher de lui, il doit gagner ma confiance. Je ne suis pas aussi inconsciente que toi, je ne veux pas qu'il t'arrive quoi que ce soit, moi !


Je fixai alors sur l'homme un regard de méfiance mêlée d'interrogation. En effet, je me méfiais du fait qu'il ne semblait pas beaucoup extérioriser, mais cela attisait également ma curiosité. Inconsciemment, je resserai mes bras autour de La Blanche, comme si ce simple geste pouvait la protéger, si jamais l'inconnu essayait de l'attaquer. en effet, j'étais pratiquement sûre qu'il cachait une ou plusieurs armes, et cela m'inquiétait, ce qui pouvait à présent se lire dans mon regard. Finalement, je répondis à sa question, d'une voix faible, méfiante :

    -J'ai juste poursuivi La Blanche, mon chaton toujours survolté, quand elle est venue en direction de ces montagnes.


Dernière édition par Keyah le Mer 22 Mai - 16:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: course et chat   Lun 20 Mai - 23:00

Lorsque l'inconnu s'approcha Yuna resta stoïque.
Mais lorsque l'autre jeune femme parla et s'agita,elle sentit que cette dernière n'était pas rassuré. Elle avait même l'air de ne pas totalement maîtrisé la situation. Elle sentait une défensive,pourquoi?
Peut être était ce dut au léger mouvement qu'avait fait le nain des yeux. Ou son lourd sac...
Ou la masse qu'il cachait...
Peut être que la jeune femme l'avait aussi remarquer.
Yuna avança de quelques pas pour se mettre à la hauteur de la jeune femme,elle lui mit une main sur l'épaule pour la rassurer.Lui faire comprendre que si les choses tournaient mal elle avait un soutien.
Le silence était lourds,comme çi les deux femmes et le nain se tester silencieusement.
Yuna cherchait surtout à comprendre pourquoi il avait une masse cacher...
Elle observa le nain puis le fixa dans les yeux.Décidant de rester secrète jusqu'à savoir pourquoi le nain gardé sa masse,elle entra dans son jeu.

-Que fait un nain dans ces montagnes? Si une balade est déconseillés par tes ancêtre... Chargés avec un tel sac et une masse caché...

Soudain Yuna comprit une petit détail qui la tracassait.

-Tu nous as observés! C'était toi la présence dans les bois... Devrait-on prendre cet acte comme une menace?

Yuna ne percevait aucune agressivité dans son regard mais si c'était bien lui la présence qu'elle avait senti,elle ne comprenait pas pourquoi avait-il besoin de se cacher.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: course et chat   Mar 21 Mai - 0:31

Fïnùl Forgetonnerre vit s'approcher ce qu'il n'avait pas été capable de voir jusqu'à présent: un chat blanc comme la neige, qui s'empressait d'arriver à lui. Juste derrière, l'une des femmes, une neko, sans doute la plus jeune, poursuivait l'animal de manière maladroite et ne s'aperçut de la présence du nain qu'une fois à ses pieds, le chat dans ses bras. La phrase du nain avait visiblement fait effet de malaise et c'est ce qu'avait espéré Fïnùl Forgetonnerre: La personne montrait ainsi la pureté de son âme. La réponse de la Neko laissa satisfait le nain, qui tira un léger sourire caché derrière son capuchon. C'était de l'inconscience pûr, car Fïnùl Forgetonnerre avait bien comprit qu'elle savait qu'il cachait son arme. Mais elle était dans une position qui ne permettait pas une contre-attaque. En voyant s'approcher la deuxième, le nain fronça légèrement les sourcils: Celle-là était visiblement plus expérimentée que sa cadette, elle restait sur ses gardes et tenait tête à Fïnùl Forgetonnerre. Cette dernière répondit aussi-tôt au nain, lui rejetant la pierre. Elle avait devinée, avec précision, qu'il possédait une masse. C'était tout à fait remarquable. Son ton c'était fait plus accusateur et agressif quand la femme l'accusa d'être la présence qui les avait observés. Ce qui était juste.
Elle non plus n'était pas un danger, du moins, pas pour le moment. Fïnùl Forgetonnere devait trouver le moyen de calmer l'ardeur de cette personne, tout en prouvant sa bonne foi en exprimant ses excuses. Malheureusement, les nains ont une fierté ancrée dans la peau et Fïnùl n'échappait pas à la règle.
Il lâcha son arme puis releva son capuchon, dévoilant son casque à corne. C'est à ce moment là qu'il choisit de répondre après quelques instants de silence:


-Les Nains naissent au cœur même des montagnes enneigés, loin de la lumière éclatante du soleil, dans les profondeurs des racines de la terre. Ces lieux sont familiers à mon peuple, ils sont comme le poisson pour l'eau et l'insecte pour le sol. Ici, je suis chez moi et qu'importe les frontières, c'est mon sang qui me fait fils de ces terres. Pour cette raison, je n'ai pas à me justifier de ma présence. Cependant, vos questions pleines de bon sens me pousse à vous donner quelque détails de ma venue.


Le nain tourna son regard vers les montagnes, fixant un point bien particulier, le bord d'une falaise, dévoilant son ancienne position.


-Des hauteurs, j'observais l'horizon de la plaine sauvage, mon esprit se préoccupant d'un trajet dangereux. Ces terres sont inhospitalière, remplie de brigands et de coupe-gorges. Quand vos visages me sont apparus, mon esprit ne fit qu'un tour: Soit vous étiez des meurtriers et alors je vous tuais, soit vous étiez des vagabonds inconscients des dangers de ces contrées. Il faut croire que la deuxième option était la plus proche, car j'observe que vous possédez, vous, mademoiselle, la connaissance du danger. Ce qui n'est pas le cas pour votre compagne au chat, qui elle devrait faire plus attention en s'approchant si facilement d'un étranger...

Son regard se tourna vers la Neko, comme une réprimande d'un père à son enfant. Puis soudain, comme un coup de vent enlevant des nuages noirs, un petit sourire étira ses lèvres quand ses yeux se posèrent sur le chat.

-Mais les animaux semblent flairer le danger véritable... C'est un excellent compagnon de voyage, jeune femme-chat, un allié de confiance: Faites en sorte que jamais il ne vous abandonne.


Peu après, Fïnùl Forgetonnerre jeta son lourd sac sur le sol, relevant sa cape et dévoilant son armure de fer. Son sourire s'effaça pour reprendre un air moins jovial et plus taciturne. Il tendit sa main à la Neko pour l'aider à se relever.


-Je suis Fïnùl Forgetonnere, fils de Gorel, mercenaire. Je suis sincèrement désolé de m'être montré... importun. Mais les temps sont dur et la confiance, chez un nain, ne se paie pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: course et chat   Dim 2 Juin - 14:55

L'autre femme s'approcha de moi et me posa une main sur l'épaule, juste avant de défier l'homme, qui se lança dans un long discours. Mais, quand il se mit à critiquer mon imprudence, mon sang ne fit qu'un tour. J'allai lui répliquer que peu m'importait ma sécurité, si je pouvais parvenir à éviter des abus de confiance à La Blanche ou, mieux, à l'éduquer, quand il se mit à vanter ma chance d'avoir un animal à mes côtés. Et quand il me demanda de veiller à ce qu'elle ne me quitte pas, je ne pus m'empêcher d'éclater de rire :

    -Alors ça, ça ne risque pas ! Nous sommes très liées l'une à l'autre, monsieur. Elle est juste très imprudente, elle accorde sa confiance à n'importe qui. Vous disiez que les animaux savent reconnaître le vrai danger, mais, dans son cas, j'en doute. Soit nous avons eu beaucoup de chance jusque là, de toujours nous retrouver face à des personnes dignes de confiance, soit elle est, comme je l'ai déjà dit et comme je crois dur comme fer, elle ne sait pas faire la différence entre amis et ennemis. Elle est beaucoup trop jeune, beaucoup trop joueuse. Pour elle, la moindre personne rencontrée n'est qu'un potentiel compagnon de jeu. Et, si, comme elle l'a fait pour vous tout à l'heure, elle se précipite vers un inconnu, ma propre sécurité n'a plus de valeur pour moi. Seule la sienne compte, et je suis prête à tout, même à me mettre en danger, pour lui éviter des erreurs fatales. J'aimerai bien l'éduquer, mais force m'est de constater qu'elle n'est pas réceptive du tout aux leçons.


Après cette longue tirade, je me tus, n'osant lever les yeux vers l'un ou l'autre des deux inconnus, ignorant et ne voulant pas connaître l'effet que leur faisaient mes confessions. C'est alors que l'homme me tendit la main, provoquant ma surprise. Je m'attendais à tout, sauf à ça, comme réaction. Je laissai passer un moment, durant lequel il se présenta. Alors, j'acceptai son aide et, tenant d'une main La Blanche, et de l'autre la main de l'inconnu, je me retrouvai vite sur mes pieds.

    -Enchantée, répondis-je. Je m'appelle Keyah, neko solitaire, éprise de justice et vivant pour le bonheur de La Blanche. Je n'ai pas grand-chose d'autre à dire sur moi.


Je laissai partir La Blanche qui, aussitôt, tenta de démarrer un jeu avec les trois autres êtres se trouvant autour d'elle. Je lançai un regard amusé aux deux autres. J'adorais ce chaton, et j'étais sûre qu'il en était de même pour la femme. L'homme... il semblait imprévisible, il était impossible de savoir ce qu'il pensait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: course et chat   Dim 2 Juin - 21:20

Yuna regarda la jeune fille tenir son discours sur son chat. Elle l'aimait sincèrement,les mots venaient du coeur et ça se sentait. Yuna se surprit à sourire en entendant les propos tenus.
Une fois son discours tenu quand elle vit que le nain lui tendait sa main pour se relever elle l'accepta malgré des hésitations qui se lut sur son visage. Et décida de se présenter.
Allons bon,tout le monde en était aux présentations elle allait devoir faire la même.

- Vu qu'on en est aux présentations,je me nomme Yuna Aurion,je suis une sorcière. JE m'amusais avec ma magie quand j'ai vu ce charmant chat et je n'ai pu que les rejoindre j'adore les animaux en particuliers les chats.

Alors que Yuna s'apprêtait à tendre la main au nain,un bruit suspect dans le feuillage des arbres voisins la fit interrompre son geste.

-Vous aviez raison il y a des ennemis...

Elle tourna la tête,sur la droit, en direction du bruit. Ils n'étaient plus seuls... Elle avait beau scruter les feuilles,à part le vent qui jouait avec elle ne vit rien...
Les gens ou créatures qui les observaient c'étaient déplacer. Son instinct lui craignait qu'il y avait une menace.
Elle n'avait pas tort. Elle entendit une flèche sifflait dans son dos.

-Attention!

Elle se jeta sur la neko afin de la mettre à pat ventre. Ils tombèrent nez dans la poussière.
Yuna se releva aussi tôt afin de voir leur ou les assaillants.
C'était des démons une dizaine. Deux étaient armés d'arc,d'autres avec des épées ou des haches et les autres main nus. Surement des armes volaient à leur précédentes victimes.
Petit et trapus,ils avaient la peau couleur marron. Des yeux minuscules et vitreux ou se lisaient leur sadisme.
Yuna ne s'attarda pas à les détailler... Elle devait passer à l'action!
Ses pupilles se dilatèrent pendant que des boules de feu apparaissaient à ses mains! Ces cibles:les archers!
Elle lança ses boules en direction des archers l'un se la prit de plein fouet dans le ventre l'autre eut le temps d'esquiver avec une roulade et déjà envoyer d'autres flèches sur Yuna. Elle les esquivait tel un feu follet tout en attaquant tout ce qu'elle pouvait avec ses boules de feu. L'archer et Yuna était à égalité! Dès que l'un esquivait l'autre attaquait et vice versa. Malgré tout elle vit qu'elle réussit à toucher deux autres démons...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: course et chat   Ven 7 Juin - 16:09

Quelle passion de la femme-chat! Polie, de surcroit ! Fïnùl Forgetonnerre manqua d’éclater de rire tant la situation précédente était différente ! Ce fut d’un petit grognement qu’il réussit à ne pas exprimer son hilarité. Elle aimait son chat, ses paroles n’en laissaient aucun doute. Il vint à se demander si la Neko n’appréciait pas plus son animal qu’un être doué de raison. C’était fort probable, nombreux étant ceux en se monde qui apportent malheur et désolation, poussant des personnes traumatisées à trouver refuge dans la douceur et l’innocence, comme Blanche.

Visiblement étonnée par la main tendue du Nain, la Neko l’attrapa tout en tenant le chat dans son bras valide. Relevée, elle se présenta alors sous le nom Keyah, vivante en solitaire avec sa féline. Quand elle parla de justice, le nain la fixa un instant, la jaugeant. Etais-ce des simples paroles d’une jeune femme sans expérience? Il l’ignorait totalement. Fïnùl Forgetonnerre était cependant sûr qu’elle se considérait être partie garante de la justice. Le nain avait entendu beaucoup de gens enjolivés leur personne et n’étaient en vérité que des lâches ou des traîtres. Voir, c’est croire, tel était la règle première de Fïnùl Forgetonnerre. Il détourna le regard sans exprimer le moindre avis sur le sujet, préférant se fier au temps. Ses yeux se posèrent alors sur la deuxième personne. Elle rappelait au nain certaines femmes de la bourgeoisie avec son corset et son allure. Tendant sa propre main, elle se présenta comme étant Yuna Aurion et, de surcroit, une sorcière. Fïnùl Forgetonnerre, a cette mention, recula d’un pas, son sang se glaçant et sa peau devenant aussi pâle qu’un défunt.

Au fil de ses aventures, Fïnùl Forgetonnerre avait eu l’occasion de connaître beaucoup de lanceur de sort. Certains furent ses alliés et d’autres, ses ennemis. Mais s’il y avait une chose plus obscur pour le nain que les mages noirs, il s’agissait des sorcières. La plupart d’entres-elles étaient des êtres mauvais, remplies de maléfices et d’horreur que seul un nécromancien pouvait se permettre d’être considéré encore plus cruel. Et une sorcière voulait lui serrer la main !

Soudainement, Yuna Aurion interrompit son geste, s’alarmante. Le nain pivota la tête, apercevant une dizaine de démon qui jaillissait des arbres. Ils étaient hideux et repoussant. Alors qu’il s’apprêtait à tirer sa masse, Fïnùl Forgetonnerre manqua de se prendre la flèche que venait d’esquiver la sorcière et la neko. A la place, elle rebondit sur son armure de fer. Le nain cracha sur la flèche au sol, moqueur.

Lâchant un soupir profond, Fïnùl Forgetonnerre jeta sa cape, attrapant sa masse à deux mains finement ouvragée. La sorcière passerait après. Le nain tapa du pied une fois avant de se courber légèrement puis, d’un hurlement sauvage aussi puissant que le râle d’un ours, il couru vers la mêlée. On ne pouvait voir l’âme d’un innocent dans les yeux du nain. Son regard était rempli de rage, du désir de vaincre ceux qui lui tiendraient face tel un animal plongé dans ses derniers retranchements. Il était facile d’apercevoir une lueur de folie, un petit éclat dans sa pupille entouré de sang. Dans l’esprit de Fïnùl Forgetonnerre, seul la mort de ses adversaires comptait. Plus rien n’existait à ses yeux que ses ennemis, pas même les montagnes environnantes. Sa barbe rousse parodiait des traits enflammés tandis qu’en son cœur brûlait le feu de la survie. Alors, comme une bête bondissant sur sa proie, le nain frappa.

-Pour la politesse, gros porc ! On t’a jamais appris le respect nain? Cracha Fïnùl Forgetonnerre au démon en face de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: course et chat   

Revenir en haut Aller en bas
 
course et chat
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Activer le chat
» Invitation au Chat
» Chat a gogo
» Le petit chat m'aimait
» Le réveil du chat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le monde d'Elnor :: Archives :: Le néant-
Sauter vers: